•  Installation Shots From: Pangaea: New Art From Africa And Latin America
    Pangaea: New Art From Africa And Latin America
  •  Installation Shots From: Pangaea: New Art From Africa And Latin America
    Pangaea: New Art From Africa And Latin America
  •  Installation Shots From: Pangaea: New Art From Africa And Latin America
    Pangaea: New Art From Africa And Latin America
  •  Installation Shots From: Pangaea: New Art From Africa And Latin America
    Pangaea: New Art From Africa And Latin America
  •  Installation Shots From: Pangaea: New Art From Africa And Latin America
    Pangaea: New Art From Africa And Latin America
Saatchi Art
Saatchi Store
Current Exhibition
Dealers and Galleries Home REGISTER TO DISPLAY YOUR GALLERY'S PROFILE EDIT YOUR GALLERY'S PROFILE

Previous Exhibitions - Coming Soon galerie

LE DESIGN EN LIBERTÉ
DE CAROLINE ZIEGLER

Dans le cadre de l’ exposition « The Day Dreamers », elle présente une des pièces majeures de sa production : l’étagère BOW, qu’elle décrit en ces termes.

« Le dessin de cette étagère joue sur le contraste entre une structure aérienne et arrondie, et les tablettes épaisses. La légèreté visuelle du cadre en acier est accentuée par les étagères en liège, apparaissant comme des masses suspendues entre les parenthèses de couleur. La structure en un seul montant devient une forme graphique, un trait de crayon. »

Et avec « Nello », elle revisite avec talent un objet traditionnel de l’ameublement et propose une vision contemporaine et créative du miroir : « Nello » est un miroir qui se joue de l’apesanteur. Son disque à deux faces en tôle inox poli miroir retenu par un câble en néoprène souple diffuse la lumière, prend le feu du soleil, et révèle des images pures ou abstraites. Une boucle de soutien le laisse vibrer dans l’espace. Il est tour à tour, miroir, sculpture, ou objet de contemplation et de rêverie. Il évolue dans l’air à la manière d’un mobile et s’affranchit des murs. Il oscille comme un équilibriste et refléte dans un mouvement éphémère les visages et objets qui l’entourent.»

KRISTA VAN DER NIET
ET SES DÉTOURNEMENTS DE PORTRAITS

Son regard singulier se pose avec douceur sur des scènes de la vie quotidienne qu’elle détourne parfois avec extravagance. Les corps et les objets semblent alors acquérir une dimension polymorphe, et créent un langage pictural où l’art et la vie se superposent sans artifice. Son écriture est un jeu et un questionnement formel sur les liens entretenus entre la photographie et la sculpture. Son imaginaire se réapproprie et détourne l’acte sculptural en utilisant des objets de consommations courantes qui deviennent ici les matériaux de sculptures photographiques.

Elle « chosifie » les êtres humains et les fige dans des postures inhabituelles, et elle donne aux objets du quotidien une identité à part entière. Son œuvre interpelle, l’absurde s’en mêle, une interrogation entre photographie et sculpture s’esquisse… et elle crée ainsi des images d’une grande puissance graphique.

C’est le cas de ce cliché : « Justus », pétrifié par une pomme qui le rend muet, ou encore de « Stoel » où une femme et une chaise sont entrelacées pour ne former plus qu’un seul et même corps ou un seul et même objet.


Back to dealer/gallery profile