Exhibitions :

Trauma Barbara Breitenfellner
Click on the image to go back to the profile page

Photo Description:
Exposition personnelle Entrepôt galerie du Confort Moderne Du 29 septembre au 18 décembre 2011 Rêve : Beuys faisait une performance durant plusieurs journées dans une salle. Quelqu’un d’autre (?) grimpait sur une plateforme avec un gorille allongé avec une fourrure : c’était une structure qui montait. A la fin Beuys sautait par terre comme un vainqueur dans un cirque. Rêve : une exposition dans un grand musée. Personne ne savait où je devais montrer mes œuvres (d’ailleurs, c’était quoi mes œuvres ??). Dans une grande salle : toutes les croûtes étaient accrochées au plus haut des cimaises. Le sol du musée était recouvert avec une moquette psychédélique. Sur le tapis se trouvait, telle une grosse sculpture de bronze, une belle bagnole de luxe. Barbara Breitenfellner est née à la fin des années 60, en Autriche où elle ne grandira pas. Diplômée du prestigieux Master of Fine Art de Glasgow où elle suit l'enseignement de Douglas Gordon, elle choisit de s'installer à Berlin à l'orée des années 2000. L'artiste consigne depuis plus de dix ans ses rêves dans ce qu'elle nomme son "dream diary". Il ne s'agit pas d'une démarche analytique ou exhaustive, elle ne s'intéresse qu'à ses rêves d'art ou d'expositions. Les retranscriptions de ses rêves privilégient un mode descriptif et synthétique. Ses notes donnent le titre des œuvres et apparaissent au mur de ses expositions. L'énoncé sert de point de départ à une mise en scène distanciée de ses projections nocturnes. Des installations complexes font se côtoyer des objets a priori sans rapport, inertes, qui entretiennent à la fois un rapport aux rêves et à « l'exposition » au sens large. Tableaux, murs peints, voiture, moquette, éléments de cirque sont quelques-uns des objets présents dans les deux rêves exposés au Confort Moderne. Chacun appartient au monde de l'exposition ou sous-tend une mise en scène dans sa vie ordinaire, que ce soit dans un garage, une collection, une vitrine, une boutique... Chaque installation est une exposition où imaginaire et fantasme livrent des énigmes sophistiquées à interprétations multiples. L'exposition au Confort Moderne s'inspire en partie de la remarquable exposition "Traum einer Ausstellung" (rêver une exposition) qui s'est tenu au HMKV de Dortmund au printemps 2011. Les deux rêves ont pris forme dans le centre d'art allemand et trouvent à Poitiers un espace pour être rejoués, réinterprétés. L'un des deux rêves convoque Joseph Beuys dans une performance qui pourrait rappeler "I like America and America likes me", lorsque l'artiste s'est enfermé une semaine durant avec un coyote dans l'espace exiguë d'une galerie en 1974. Dans l'installation de Barbara Breitenfellner, on trouve un gorille affublé du gilet sur lequel est noué un triangle, soit la veste fétiche de Beuys et un instrument récurrent de ses performances. Ce personnage se trouve perché sur un pont élévateur mécanique, au milieu d'éléments de cirque. Une bande son diffuse de temps à autres des applaudissements tandis qu'un mur de lampes crépitent au rythme d'un programme complexe. Beuys et l'animal ne font plus qu'un et le coyote est remplacé par la figure ambivalente du gorille, symbole de l'altérité. Le décor de cirque et le fantôme des spectateurs nous renvoient irrévocablement au monde du spectacle. Une forme de critique institutionnelle émane de ce "tableau" qui fait glisser l'art de Beuys de la mystique vers la comédie. Le second rêve, plus explicitement critique, met en scène une voiture de sport, des peintures ou plutôt des "croûtes" pour reprendre le vocable de l'artiste. Dans le rêve de l'artiste, il s'agit d'œuvres exposées dans un grand musée. L'installation qui en résulte surjoue le ridicule et le cliché entraperçu dans le rêve tout en créant une œuvre originale que l'artiste peut se réapproprier. L'artiste pratique également le collage depuis de nombreuses années. Une iconographie disparate provenant de sources hétéroclites crée des tableaux aux constructions savamment orchestrées. Animaux, paysages de montagnes, figures humaines, images de mode, publicité vintage s'entrechoquent pour créer des mondes inquiétants aux accents surréalistes. Comme dans ses rêves, le sens ne découle pas d’une grille de lecture psychanalytique mais apparaît de manière incertaine au gré des coïncidences de formes et d'agencements. Barbara Breitenfellner rêve ses pièces qui semblent configurées dans une géométrie non-euclidienne. Elle agence, associe des matériaux, des objets comme des collections. Il ne s'agit pas de se souvenir au plus près de ce qu'elle a vu lors de ses nuits mais plutôt de construire à partir de ce postulat de nouvelles énigmes, de nouveaux scénarios. Elle vide le rêve de son contenu analytique pour créer un univers d'une inquiétante étrangeté.

« Previous
photo(s) found for
Showing photo 4


« back to Museum's profile